Mystére et paranormal - forum avec tchat 100%gratuit qui traîte de l'actualité concernant: le paranormal,l'étrange,les ovni,les mystéres,les prédictions,les mytes,les légendes et l'ésotérisme 


Mystére et paranormal Index du Forum

 Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
Le nécrophile de gabrielle wittkop

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mystére et paranormal Index du Forum -> Paranormal -> Bibliothéque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
paulo
super Administrateur
super Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2010
Messages: 5 871
Localisation: nice
Masculin Cancer (21juin-23juil) 鼠 Rat
Point(s): 138
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 13:27 (2010)    Sujet du message: Le nécrophile de gabrielle wittkop Répondre en citant


Extrait.
"Hier soir, la petite fille m' a joué un méchant tour. J' aurais dû m' en méfier, avec le sourire qu'elle a. Tandis que je me glissais dans cette chair si froide, si douce, si délicieusement étroite qu' on ne trouve que chez les morts, l'enfant a brusquement ouvert un oeil, translucide comme celui d'une pieuvre et, dans un épouvantable borborygme, a rejeté sur moi le flot noir d'un mystérieux liquide. Ouverte dans un masque de Gorgone, sa bouche ne cessait de vomir ce jus dont l' odeur emplissait la chambre. Tout ceci a quelque peu gâté mon plaisir. Je suis accoutumé à de meilleures manières car les morts sont propres. Ils ont déjà rejeté leurs excréments en quittant la vie, comme on dépose un fardeau infamant. Aussi leur v entre résonne-t-il du son creux et dur des tambours. Leur odeur fine et puissante est celle du bombyx. Elle semble venir du coeur de la terre, de l' empire où les larves musquées cheminent entre les racines, où les lames de mica jettent leur lueur d' argent glacé, là où sourd le sang des futurs chrysanthèmes, parmi les tourbes pulvérulentes, les bourbes sulfureuses. L'odeur des morts est celle du retour au cosmos, celle de la sublime alchimie. Car rien n'est plus propre qu'un mort et il le devient de plus en plus, au fur et à mesure que passe le temps et jusqu' à la pureté finale de cette grande poupée d'ivoire au rire muet, aux jambes perpétuellement écartées, qui est en chacun de nous.
J' ai dû passer plus de deux heures à nettoyer le lit et à laver la petite fille. Cette enfant vomisseuse d' encre putride a véritablement la nature de la pieuvre. Pour l'instant, elle semble avoir dégorgé tous ses venins, sagement étendue sur les draps. Son sourire faux. Ses petites mains aux petits ongles. Sans cesse une mouche bleue - venue je ne sais d'où- se pose et se repose sur ses cuisses. Cette petite fille a très vite cessé de me plaire. Elle n' est pas de ces morts dont j' ai chagrin à me séparer comme on déplore de devoir quitter un ami. Elle avait certainement un vilain caractère, j' en jurerais. De temps à autre, elle émet encore un profond borborygme qui m'inspire de la méfiance."
Gabrielle Witkop - Le Nécrophile - éditions La Musardine, Collection Lectures Amoureuses


DISPARITIONS
Gabrielle Wittkop
Mardi 24 décembre 2002
(LE MONDE)
Un auteur à éclipses.
La romancière Gabrielle Wittkop, qui s'était fait connaître en 1972 par
un texte sulfureux, Le Nécrophile, est morte dimanche 22 décembre
à Francfort, où elle résidait. Agée de 82 ans, elle souffrait d'un cancer du
poumon.
Après plusieurs éclipses, Gabrielle Wittkop (née Gabrielle Ménardeau, à
Nantes, en 1920) était revenue sur le devant de la scène en 2001 grâce
à la passion d'un lecteur, Nikola Delescluse, et à celle d'un éditeur,
Bernard Wallet. Les éditions Verticales – qui vont continuer la
publication de son œuvre – ont ainsi réédité La Mort de C., suivi du Puritain
passionné, et publié son nouveau livre, Sérénissime assassinat, un
conte étrange et cruel, au XVIIIe siècle.
A cette occasion, un nouveau public avait découvert cette femme
singulière, qui affichait volontiers son homosexualité et sa misogynie. Une
pose qu'elle voulait inquiétante et provocante, mais qui l'était beaucoup
moins que ses textes, notamment La Mort de C. –"mon plus beau livre",
disait-elle –, inspiré par la disparition d'un homme qu'elle avait aimé,
Christopher, à l'âge de 36 ans, en Inde, un pays qui la fascinait.
Christopher, homosexuel, avait été assassiné à Bombay : "C. avait conçu sa
vie comme une espèce de jeu, écrit Gabrielle Wittkop dans La Mort
de C., un snapdragon, le récipient d'eau-de-vie enflammée dans lequel il
faut plonger ses doigts et retirer des raisins secs sans se brûler. Il a
perdu. Perdu comme on perd à tous les jeux. Comme toujours, il a tout su
au fond de lui-même."
C'est pendant l'Occupation que la jeune Gabrielle Ménardeau – élevée
par un père libre penseur, qui avait encouragé son goût pour la lecture
et la littérature – avait rencontré à Paris un Allemand déserteur,
Justus Wittkop, un homosexuel de quelque vingt ans son aîné. La guerre
terminée, ils s'étaient mariés –"une alliance intellectuelle", disait-elle –
et s'étaient installés en Allemagne en 1946. Là, Gabrielle Wittkop
avait commencé à écrire en allemand, dans les journaux, avant de publier
aussi des livres, dont une monographie d'E.T.A. Hoffmann, toujours pas
traduite en français.
Josyane Savigneau
 

_________________
super admin


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Fév - 13:27 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mystére et paranormal Index du Forum -> Paranormal -> Bibliothéque Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template RedBlack crée par SoSo : SoSophpBB

Reproduction INTERDITE